Mon organisation peut-elle être pénalement poursuivie?

Mon organisation peut-elle être pénalement poursuivie?

Vous êtes un professionnel humanitaire chevronné avec des décennies d’expérience dans des environnements hostiles et responsable RH aujourd’hui. Sachant que les incidents de sécurité humanitaire ont suivi une courbe exponentielle au cours de la dernière décennie, vous vous demandez si vous ou votre organisation pouvez faire l’objet de poursuites, être tenu pour responsable et traduit en justice pour ne pas avoir protégé suffisamment votre personnel.

Selon un document d’orientation publié par l’Initiative de gestion de la sécurité, à la suite d’un projet de recherche du PMI, la réponse est « Oui ». L’enquête a mis en lumière plusieurs lacunes. « Les agences humanitaires n’ont pas une bonne compréhension de l’éventail des responsabilités légales envers leur personnel; il existe de graves lacunes entre les exigences légales et la pratique actuelle en ce qui concerne les obligations de l’employeur… En outre, les ONG ne respectent généralement pas les normes juridiques et les notions générales d’obligation de diligence ».

En fin de compte, toujours selon ce document, « le financement n’est pas la cause profonde de ces lacunes. Les principales causes identifiées étaient l’absence d’une « culture de la sécurité », d’une compréhension/connaissances du sujet, d’une volonté institutionnelle, ainsi que de mécanismes décisionnels adéquats « .

Une culture du bien-être du personnel

Cependant, il existe aujourd’hui des pratiques internationales exemplaires en matière d’appui organisationnel au personnel humanitaire sur le terrain, dans des environnements précaires, et qui peuvent guider les organismes dans le renforcement de leurs stratégies RH en fonction de leur devoir de diligence.

Le CPH est consultant dans ce domaine depuis plus d’une décennie et offre un programme de soutien organisationnel pour les organisations, détaillé dans son récent Livre blanc: Former, suivre et soutenir le personnel de terrain – Modèle et processus.

Ces lignes directrices se proposent d’informer les organisations sur la meilleure façon de répondre aux besoins psychologiques de leur personnel sur le terrain. Le document démontre qu’il existe des raisons pratiques et morales de disposer d’un programme complet de protection psychosociale à l’interne. Le document décrit les meilleures pratiques à suivre avant, pendant et après le déploiement d’un membre du personnel.

______________________

L’auteur, Claire Colliard, est co-fondatrice et directrice du Centre de Psychologie humanitaire. Elle a été également formatrice et consultante auprès de nombreuses organisations internationales ces vingt dernières années et est spécialisée dans les interventions psychosociales humanitaires en situation d’urgence.

 

Support CHP’s work!

 

 

Laisser un commentaire

Articles récents sur le Blog

Siège en Suisse

CHP – Centre for Humanitarian Psychology
15, rue des Savoises
CH-1205 Genève