LES FACTEURS DE STRESS dans la vie humanitaire

Les facteurs de stress dans le travail humanitaire

Bien souvent les humanitaires qui partent pour leur première mission sont peu informés des difficultés réelles qu’ils vont rencontrer. Le CPH en a fait une liste, avec l’aide des centaines d’humanitaires rencontrés lors des formations , des Debriefings ou encore au travers des emails de soutien que l’équipe reçoit sur notre Hotline. Selon le pays, le programme, le contexte culturel, etc… le stress au travail peut aller du plus léger au plus lourd et dangereux. Cependant, le but d’une telle liste est de faire prendre conscience des limites de chacun, physiques et psychologiques, face à certaines réalités…

Conditions de vie difficiles :

climat, alimentation, inconfort de l’habitat….

Charge de travail considérable ou inactivité

  • Système de communication défectueux (radio, ordinateurs…)
  • Problème de management – carriérisme des responsables

Aspect relationnel et communication

  • Différences culturelles
  • Manque d’espace et d’intimité
  • Conflits de personnalité parmi les collègues
  • Jalousie de la part de la population
  • Menaces des autorités locales
  • Employé d’une ONG mal vue par la population locale
  • Harcèlement moral et/ou sexuel

Manque d’activité, de loisir ou de vie sociale ou culturelle

Insécurité

  • Situations de guerre
  • Incidents de sécurité
  • Risques d’agression ou de vol
  • Restrictions de mouvements due aux mines anti-personnelles – ou couvre-feu

Atteintes à l’équilibre personnel et risques pour la santé

  • Contraintes liées à la sécurité
  • Craintes des suites ou de la répétition d’une catastrophe (tremblement de terre, etc…)
  • Risques d’accidents et de maladies (accidents de la route – malaria – tuberculose – SIDA)
  • Manque d’infrastructures médicales
  • Pas d’assurances maladie-accident.

Situations qui remettent en cause les valeurs, les idéaux et les croyances d’une personne

  • Exposition aux conséquences aiguës d’une guerre, d’une catastrophe, voire d’un massacre
  • Exposition aux souffrances permanentes et aux traumatismes des victimes – notamment des enfants
  • Corruption, situations ou motivations ambiguës
  • Hostilité / besoins non satisfaits des bénéficiaires
  • Stress éthique (harcèlement sexuel des victimes, corruption, pédophilie…)

Stress associé à l’entourage familial de l’expatrié

  • Stress du conjoint accompagnant
  • Manque de communication avec la famille dans le pays d’origine

De retour chez soi

  • Peu de compréhension de la part de la famille, des amis, des collègues
  • Retour à la vie “normale” difficile et passage à vide

Instabilité financière

Préoccupations concernant les perspectives d’emplois futures.

 

© CPH 2013

Articles récents sur le Blog

Siège en Suisse

CHP – Centre for Humanitarian Psychology
15, rue des Savoises
CH-1205 Genève